Denis Mukwege a reçu le prix Sakharov

Catégorie(s) : Institutions européennes | Paix

Le prix Sakharov pour la liberté de l’esprit est un prix décerné chaque année par le Parlement européen pour récompenser les actions en faveur des droits de l’Homme et des libertés fondamentales. Il est remis depuis 1988 à des individus comme à des groupes, et le dernier récipiendaire est le médecin congolais Denis Mukwege. Il consacre sa vie à réparer les atteintes à l’anatomie des femmes victimes de violences sexuelles, toujours atroces comme l’explique le médecin lui-même : « Ma première malade en 1999 avait été violée, puis on lui avait introduit une arme dans l’appareil génital et fait feu, elle avait tout le bassin détruit. Je pensais que c’était l’œuvre d’un fou mais la même année, j’ai soigné 45 cas semblables. ». Denis Mukwege a donc reçu ce prix après une procédure interne au parlement européen. Les nominations peuvent être faites par un groupe politique ou 40 députés minimum. Les commissions parlementaires des affaires étrangères et du développement votent pour choisir, parmi les nominés, les trois finalistes. Ensuite, c’est à la conférence des présidents de choisir le lauréat.

 

Pourquoi ce prix porte le nom de Sakharov ? Le parlement européen répond :

Prix Nobel de la paix en 1975, le physicien russe Andreï Dmitrievitch Sakharov (1921-1989) est avant tout l’inventeur de la bombe à hydrogène. Inquiet des conséquences de ses travaux sur le futur de l’humanité, il cherche à faire prendre conscience du danger de la course à l’armement nucléaire. Il obtient un succès partiel à travers la signature du Traité contre les essais nucléaires en 1963. Considéré en URSS comme un dissident aux idées subversives, il crée, dans les années 1970, un Comité pour la défense des droits de l’homme et la défense des victimes politiques. Ses efforts sont couronnés par le prix Nobel de la paix en 1975.

Écrire un commentaire

*

A lire également

Le Parlement européen souhaite revoir le budget de l’UE à la hausse

Il appelle à renforcer le cadre financier pluriannuel de 110 milliards € et exige des engagements juridiquement contraignants sur l’application de nouveaux prélèvements fiscaux