Nouveaux commissaires européens : premières polémiques autour des candidats et des portefeuilles

Catégorie(s) : Institutions européennes

Commission européenne

Ursula von der Leyen, la nouvelle présidente de la Commission européenne, a dévoilé mardi 10 septembre les portefeuilles qu’elle compte attribuer aux différents candidats aux postes de commissaires. Sa répartition viserait à garantir les grands équilibres européens, entre les femmes et les hommes, les forces politiques européennes, et les pays de l’Est et de l’Ouest. Mais les Ecologistes s’estiment lésés, tandis qu’un portefeuille associant l’immigration au « mode de vie européen » fait polémique…

Une Commission équilibrée ?

L’Allemande Ursula von der Leyen, future présidente de la Commission européenne, « a présenté, mardi [10 septembre], une équipe paritaire et respectant les clivages géographiques et politiques de l’UE« , lit-on dans Le Monde.

Parvenant « presque, comme promis, à la parité, avec 13 femmes et 14 hommes« , le nouvel exécutif européen compte « 9 membres du Parti populaire européen (PPE, centre droit) et 9 membres sociaux-démocrates (S&D, gauche)« , précise La Croix. Ainsi que « sept membres libéraux-centristes (Renew Europe) dont la Française Sylvie Goulard, un membre écologiste (Verts-ALE) et un souverainiste (CRE)« .

La nouvelle présidente allemande a en outre désigné trois vice-présidents exécutifs, postes qui impliquent la responsabilité d’un portefeuille étendu.

La Danoise Margrethe Vestager, en plus de retrouver son portefeuille à la Concurrence, « est désormais vice-présidente en charge du numérique et devra conduire la délicate refonte de la responsabilité des plates-formes » comme Facebook, YouTube ou Twitter, annoncent Les Echos. Mme Vestager, surnommée « tax lady » par le quotidien, « se bat depuis cinq ans contre les monopoles et a infligé de lourdes amendes à Apple comme à Alphabet, maison mère de Google« , rappelle Challengesavec Reuters.

Le Néerlandais Frans Timmermans sera quant à lui chargé de « façonner un ‘green deal’ (‘pacte vert’) – avec la tutelle sur la politique climatique, l’énergie, l’agriculture« , fait savoir Le Monde. Tandis que le Letton Valdis Dombrovskis sera en charge de l’économie et de l’emploi.

Cette configuration permettra d’assurer « un équilibre entre les trois grands courants politiques pro-européens, désormais coalisés pour défendre les priorités de la future Commission« , remarque Le Monde. M. Dombrovskis est en effet membre du PPE, quand Mme Vestager et M. Timmermans appartiennent respectivement aux familles libérale et social-démocrate. M. Dombrovskis devrait par ailleurs son poste « à la faible représentation de l’Est dans les postes à responsabilité au sein des instances européennes« , indique le quotidien.

Des auditions à venir

Ces nominations pourraient néanmoins ne pas satisfaire tout le monde. Alors que les députés européens se préparent à auditionner les candidats aux postes de commissaires, entre le 30 septembre et le 8 octobre, les Verts pourraient bien « jouer les ‘snipers’ au Parlement européen : ils sont très mécontents d’avoir été quasiment écartés de la future Commission alors qu’ils espéraient y décrocher plusieurs portefeuilles« , souligne ainsi un autre article du Monde.

Ces auditions, qui attendent les personnalités amenées à composer la future Commission européenne, « n’ont rien d’une formalité : les questions sont précises et insistantes« , expliqueLibération. Et elles peuvent conduire au remplacement de certains candidats, sous peine d’invalidation du collège de commissaires. Car pour entrer en fonction, celui-ci devra d’abord être approuvé par le Parlement européen, lors d’un vote prévu le 22 ou le 23 octobre.

En 2004, l’italien Rocco Buttiglione, proposé à la Justice, avait ainsi été écarté. De même que la Slovène Alenka Bratusek, proposée à l’Energie en 2014. L’Espagnol Miguel Arias Cañete, qui avait finalement hérité du portefeuille de l’Energie dans la Commission Juncker, avait quant à lui « été très chahuté en raison de ses liens avec l’industrie pétrolière » [Libération]. « Un conflit d’intérêts qui aurait dû lui coûter son poste. Mais la droite européenne avait alors menacé, en représailles, d’empêcher la nomination du commissaire choisi par Paris, Pierre Moscovici« , relate le quotidien.

Cette année, la Française Sylvie Goulard, qui a été désignée à l’important portefeuille du Marché intérieur, pourrait elle aussi passer « un mauvais quart d’heure« , selon l’eurodéputé Emmanuel Maurel (La France insoumise), cité par le journal. En raison notamment de l’affaire des emplois présumés fictifs du MoDem et de travaux payés par l’institut Berggruen de 2013 à 2015.

« Protection de notre mode de vie européen »

L’attribution de certains portefeuilles suscite, elle aussi, la polémique. Le Grec Margaritis Schinas (PPE) pourrait notamment être en charge des migrations avec un poste intitulé « Protection de notre mode de vie européen ». « Un intitulé pour le moins curieux, laissant entendre que la gestion de la question migratoire se réduirait à ‘protéger’ une sorte d’uniformité culturelle et sociale« , commente le Huffington Post.

« Cela fait peur de voir proposer un portefeuille sur la ‘protection du mode de vie européen’ qui inclut la migration et la protection des frontières. Nous espérons que la présidente von der Leyen ne voit pas une contradiction entre soutenir les réfugiés et les valeurs européennes« , a déclaré à ce propos la co-présidente du groupe des Verts au Parlement européen, Ska Keller [Le Figaro].

Même son de cloche du porte-parole de l’ONG Amnesty International, qui dénonce « la rhétorique de l’extrême droite, ‘les migrants menacent le mode de vie européen’ » et estime qu’ »en liant la migration à la sécurité« , « un message inquiétant » est envoyé, rapporte Le Figaro.

« Faut-il reprendre les thèmes de l’adversaire pour mieux le combattre ?« , s’interroge de son côtéFrance Culture. La présidente de la Commission européenne s’est voulue rassurante, affirmant mardi 10 septembre que « notre mode de vie européen, c’est s’accrocher à nos valeurs. La beauté de la dignité de chaque être humain est l’une des plus précieuses valeurs » [Le Figaro].

Source : www.touteleurope.eu

Écrire un commentaire

*

A lire également

La Commission se dote d’une nouvelle DG Défense et Espace

La création d’une nouvelle direction générale chargée de l’industrie de la défense et de l’espace au sein de la nouvelle Commission européenne est un acte éminemment politique