Covid-19 : la Commission européenne propose une aide pour le chômage partiel dans les Etats membres

Catégorie(s) : Actualités

forward-3335740_1920

L’exécutif européen a présenté ce jeudi 2 avril un système de prêts destiné à faciliter le recours au chômage partiel. Pendant ce temps, le débat autour d’emprunts européens se poursuit.

Avant la réunion des ministres des Finances de la zone euro prévue le 7 avril prochain, la Commission européenne met d’ores et déjà de nouvelles mesures sur la table. Dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, sa présidente, Ursula von der Leyen, a annoncé ce jeudi 2 avril “une proposition concernant la mise en œuvre d’un outil européen d’aide au maintien partiel de l’emploi”. Une mesure qui permettrait de compenser “l’absence de revenus des travailleurs que l’épidémie a privés d’activité” [La Libre]. Ce dispositif est en effet « destiné à inciter les Etats de l’Union à adopter à leur tour des mesures permettant l’instauration du chômage partiel et éviter une explosion du nombre des licenciements« , explique Reuters. Au total, 100 milliards d’euros seraient mis à disposition des Etats. Une somme qui « pourrait être empruntée sur le marché avec des garanties apportées par les gouvernements« , poursuit le média.

Baptisé SURE (Support to mitigate Unemployment Risks in an Emergency – Soutien pour atténuer les risques de chômage en cas d’urgence), le programme serait ainsi destiné à aider les régions les plus touchées par la crise “en fournissant une réassurance aux programmes de soutien au revenu financés par l’État pour les travailleurs”, indique Politico. Le commissaire européen à l’Emploi Nicolas Schmit justifie cette proposition d’urgence par l’explosion du nombre de chômeurs : “le chômage est en hausse et le nombre de personnes en chômage de courte durée ou en chômage technique explose également”, a-t-il déclaré au média européen.

Le dispositif sera “examiné par l’Eurogroupe lors de sa réunion de mardi prochain, dans le cadre des options visant à surmonter la crise économique” [Politico]. En complément, le commissaire français au Marché intérieur Thierry Breton a proposé la création d’un Fonds européen de reconversion industrielle afin que “tous les États aient accès de façon identique à un financement pour sauver leur tissu industriel”  [Ouest-France].

 

Des mesures européennes

Face à l’ampleur de la crise, l’exécutif européen multiplie les initiatives pour “sortir de la paralysie”, observe La Croix et prépare actuellement une nouvelle proposition de budget pluriannuel pour 2021-2027 afin de prendre en compte les conséquences économiques du coronavirus. « Il est important, et même crucial, d’avoir un budget qui permette de faire face”, a déclaré Mme von der Leyen le 30 mars [La Croix].

Dédié à ce futur cadre financier, le sommet du 21 février s’était conclu sur un constat d’échec. Plusieurs dirigeants européens avaient alors jugé le montant proposé trop élevé, tandis que d’autres souhaitaient une autre répartition des enveloppes, notamment en faveur de plus de cohésion. Ce Conseil européen avait néanmoins eu lieu avant l’explosion de l’épidémie de Covid-19 sur l’ensemble du continent. “La proposition sur laquelle les Vingt-sept ne sont pas parvenus à se mettre d’accord, lors du sommet de février, ne correspond plus à la réalité créée par l’épidémie”, rappelle La Libre.

 

Des propositions nationales

Au niveau national, les gouvernements cherchent quant à eux à trouver de nouveaux mécanismes de solidarité financière après que la proposition de coronabonds a été rejetée par l’Allemagne et les Pays-Bas. Recherchant une alternative, le Premier ministre néerlandais Mark Rutte a proposé “la création d’un “fonds corona” européen temporaire fort de 10 à 20 milliards d’euros auquel les Pays-Bas seraient prêts à contribuer substantiellement”. Ce fonds serait financé par des “dons” et destiné “aux pays les plus durement frappés par l’épidémie et ses conséquences”, a expliqué le chef du gouvernement [La Libre].

De son côté, la France propose un nouvel instrument de sauvetage européen géré par la Commission, en complément du budget de l’Union. “Nous réfléchissons à un fonds qui serait limité dans le temps avec une possibilité d’endettement comme réponse de long terme à la crise”, a déclaré le ministre de l’Economie Bruno Le Maire au Financial Times. Soit « un système de ‘corona bonds’, sous un autre nom« , juge Politico. Mais le ministre assure que cette solution peut permettre d’aboutir à un consensus : “s’il était difficile pour de nombreux Etats membres d’envisager de faire un emprunt commun dans le cadre du budget pluriannuel de l’UE, il fallait le faire en dehors de ce cadre et pour une période limitée dans le temps” [Mediapart].

 

Source : touteleurope.eu

Écrire un commentaire

*

A lire également